Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le plan européen de sauvetage des banques reste d’une ambigüité totale. On aide de manière considérable les établissements bancaires mais on cherche en vain les contreparties.


La commission de Bruxelles et Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'UE ont ainsi refusé, de toutes leurs forces, par pure idéologie, les véritables solutions à mettre en œuvre. Cette complaisance à l’égard du système est avant tout une faute économique car, comme l’a dit très bien Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, «une transfusion sanguine ne sert à rien si on ne guérit pas l’hémorragie interne»...



Rien sur les paradis fiscaux (48 au total dans le monde selon l'ONU dont plusieurs en plein coeur de l'Europe et de la France...), rien sur les chambres de compensation internationales (Euroclear ou Clearstream qui conservait dans ses coffres-forts électroniques en 2007 environ 10 000 milliards d'euros...), rien sur la vente à découvert, la titrisation, les produits dérivés, rien sur un prélèvement sur les revenus du capital ou une taxe sur les transactions boursières, rien sur la protection du pouvoir d’achat des salariés, presque rien sur la régulation effective des mécanismes de l’économie-casino !


Plus grave encore, les dirigeants européens prennent les citoyens pour des imbéciles. Comment peuvent-ils décemment nous expliquer que leur plan d’action ne coûtera rien aux contribuables ? Et comment osent-ils refuser tout plan de relance pour l’économie réelle ?


En vérité, ils sont capables d’investir des dizaines de milliards d’euros pour sauver le système bancaire sans vraiment le réformer mais rechignent toujours autant à dégager un milliard pour la protection de l’environnement, la santé ou l’industrie. Leur raisonnement est insoutenable.


Car les banques ont fait courir un danger mortel à l’économie mondiale et, loin d’être sanctionnées, l'Etat vient à leur secours et leur rachète (d’une façon ou d’une autre) leurs «créances pourries».


Comment croire, dans ces conditions, qu’elles ne recommenceront pas ? L’épisode de la perte de 600 millions d’euros par la Caisse d’Epargne dans une opération spéculative, alors même que les projecteurs étaient braqués sur les banques, devrait faire réfléchir, même les plus obtus des libéraux.


Les banques n’ont rien changé à leurs pratiques spéculatives et quelles que soient les réglementations qui pourraient sortir d’un «Bretton Woods» de la finance, elles feront tout pour les contourner et continuer leur quête du profit maximum.


La seule justification au plan de refinancement des banques, c’est leur nationalisation intégrale. L’argument, utilisé par Susan George, membre du Conseil scientifique d'Attac France, est imparable : puisque les banques sont «trop grandes pour faire faillite», elles sont aussi trop grandes pour faire partie du secteur privé ! Il n’est pas possible, en effet, de laisser aux mains du secteur privé, dont le seul objectif est la recherche du profit maximum, une arme aussi dangereuse pour l’ensemble de l’économie.


Et Nicolas Sarkozy, président de la République et président de l’UE, dit tout et fait le contraire de tout dans l’indifférence générale, la majorité présidentielle UMP et Nouveau centre entonnant les ritournelles changeantes de l’Elysée.


Le PS, quant à lui, à court d’idées une nouvelle fois, reste confit dans ses querelles internes en vue de son prochain congrès et n’a rien trouvé de mieux que l’abstention à l'Assemblée nationale (François Hollande ayant même envisagé un moment de voter pour le plan Sarkozy, on croit rêver…)


Seuls deux députés PS, Marc Dolez et Patrick Roy, tous deux élus du Nord, Christiane Taubira, députée PRG de Guyane et les députés PCF ont voté contre le plan de soutien aux banques.


Comment éviter le retour de la crise financière ? Comment éviter de nous retrouver, demain ou après-demain, dans la même situation qu’aujourd’hui ?


Invité par les signataires de la motion de la gauche du PS "Un monde d’avance" qui sera présentée par Benoît Hamon au prochain congrès de Reims, Frédéric Lordon décortique la crise financière actuelle et propose quelques mesures radicales pour remettre l'économie sur pieds.


Son exposé d’un haut niveau dure environ vingt minutes et reste passionnant du début à la fin. Après avoir regardé et écouté cette vidéo, on ne peut s’empêcher de penser à notre pauvre ministre des finances, Mme Lagarde. La comparaison est impitoyable pour elle…





Conférence sur la crise financière : Frédéric Lordon
envoyé par unmondedavance


La liste noire des paradis fiscaux établie par l’ONU :

Afrique et Océan indien : Libéria, Maurice, Seychelles.

Asie, Pacifique et Moyen-Orient : Bahreïn, Doubaï, Iles Cook, Iles Marshall, Labuan, Liban, Macao, Mariannes, Nauru, Nioué, Région administrative spéciale de Hong Kong, Samoa, Singapour, Vanuatu.

Caraïbes : Anguilla, Antigua, Antilles néerlandaises, Aruba, Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes, Costa Rica, Iles Caïmans, Iles Turques et Caïques, Iles Vierges britanniques, Panama, Sainte-Lucie, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les Grenadines.

Europe : Andorre, Campione, Chypre, Gibraltar, Guernesey, Ile de Man, Irlande, Jersey, Liechtenstein, Luxembourg, Madère, Malte, Monaco, Sercq, Suisse.

Tag(s) : #Economie - Fiscalité - Social

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :