Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

.

Les annonces de la fusion GDF-Suez et de l'ouverture du marché du gaz et de l'électricité à l'ensemble des consommateurs, à compter du 1er juillet 2007, mettent au grand jour l'objectif du gouvernement d'instaurer une concurrence entre les différents opérateurs du secteur de l'énergie.

S’il était adopté, le projet de loi débattu par les députés en session extraordinaire, permettra la privatisation totale des services du gaz en France au moment même où les réformes de libéralisation mises en œuvre par l’union européenne plongent le secteur de l’énergie dans une grande instabilité.

Plus grave encore, avec la fusion GDF-Suez, l’Etat se désengagera de l’ensemble des infrastructures d’approvisionnement : terminaux méthaniers, capacités de stockage, réseaux de transport et de distribution. Elles deviendront la propriété privée d’un groupe dont il ne possédera que 34% du capital. Une OPA pourra toujours être lancée sur les 66% restants. La minorité de blocage prévue au projet de loi ne sera alors d’aucune utilité réelle.

Cette opération de fusion fait courir le risque de voir des infrastructures stratégiques pour notre pays devenir la propriété d’un groupe étranger comme Gazprom, très désireux de s’implanter sur le marché européen…

 
Le prix du gaz en France a été augmenté de 5,8% le 1er mai 2006. En 18 mois, cela fait 30% d’augmentation, totalement injustifié, car GDF, entreprise florissante, a doublé ses bénéfices en 2005 (1,23 Mds €).

Cette augmentation des tarifs, au détriment des 11 millions d’usagers, avait pour but principal d’améliorer la plus-value des actionnaires et de rassurer les marchés financiers en vue de la fusion avec Suez. Les dividendes des actionnaires, en augmentant de 46%, sont désormais plus importants que les salaires versés au personnel !

La participation de l’état au capital de GDF, ramenée de facto à 34%, serait au-dessous du seuil de 70% fixé par la loi du 9 août 2004. La majorité gouvernementale UMP ne respecterait même pas ainsi le vote de ses propres députés qui avaient décidé de maintenir le seuil de 70% pour la part détenue par l'Etat. Le Ministre des Finances de l’époque était alors un certain Nicolas Sarkozy…

Le prix de l’énergie, proposé par les marchés financiers, est toujours très élevé et justifierait à lui seul l’arrêt de toute privatisation.

Dans tous les pays où ce modèle a été mis en œuvre, les conséquences sont similaires : les prix augmentent, le service public de proximité se dégrade, les investissements ne sont pas réalisés et les citoyens payent au final les pots cassés. En Californie, la libéralisation a entraîné des augmentations de tarifs considérables, allant parfois jusqu’à 500%.

En France, le tarif de l’électricité est de 31 € le MW/h alors que le prix du marché libéralisé atteint 50 €. Les industriels qui ont fait le choix d’une tarification privée ont eu parfois à supporter une augmentation d’environ 30% par an. Au CHU de Besançon, par exemple, la décision d’abandonner les tarifs publics a généré une augmentation de la facture de près de 300 000 € par an. Avec cette somme, le CHU aurait pu embaucher six infirmières durant une année, salaires et charges patronales comprises…

Quant aux clients particuliers qui feront le choix de changer de fournisseur, ils continueront d’être alimentés par le même réseau de distribution, ce qui rend cette concurrence entre fournisseurs encore plus discutable…

C’est pourquoi, le maintien des tarifs publics constitue le meilleur rempart face au «tout marché» en permettant l’égalité de traitement de l’ensemble des citoyens, quel que soit leur lieu d’habitation. Ce dernier principe est fondamental et doit être préservé également.

La libéralisation du secteur de l’énergie se traduit aussi dans tous les pays par un ralentissement des investissements et l’instauration d’une situation de pénurie. L’équilibre entre l’offre et la demande n’est plus assuré correctement et cela entraîne des coupures, comme en Corse récemment, et donc une baisse de la qualité des fournitures livrées aux clients.

EDF et GDF soutiennent l’économie française depuis 60 ans et une libéralisation totale déstabiliserait à coup sûr la situation économique car des milliers d’emplois, liés à une énergie stable et bon marché, seraient menacés. De plus, les nouveaux tarifs de l’énergie privatisée imposeraient un lourd fardeau à nos services publics qui n’ont pas besoin de payer leur énergie plus chère.

C’est pourquoi, bien public mondial, l’énergie doit sortir de la sphère marchande pour être placée sous le contrôle public, à l’échelle du pays, de l’Europe et du monde. A ce titre, la mise en place d’un pôle public national et d’une agence européenne de l’énergie constituerait un progrès certain.

La liberté de choix, c’est aussi la liberté pour les pays de ne pas ouvrir leur marché de l’énergie visant à livrer ce secteur aux multinationales privées, plus préoccupées par la réalisation de profit que par l’intérêt des citoyens du monde. Evo Morales, le président paysan indien de Bolivie, vient de nationaliser les hydrocarbures afin d’échapper au pillage du capital financier et de permettre à son pays de se tourner vers l’avenir.

Un pays qui nationalise le gaz et l’eau, quelle bonne nouvelle ! La Bolivie avance, la France recule !

Photo Flickr-cc : ligne électrique par cap21photo (http://www.flickr.com/photos/10357688@N08/)  

  

Tag(s) : #Economie - Fiscalité - Social

Partager cet article

Repost 0