Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Depuis le lancement du débat sur l’identité nationale, la communauté musulmane française ne cesse d’être stigmatisée et prise à partie. C'est à ce moment et en vue des élections régionales que le Nouveau Parti Anticapitaliste présente sur sa liste du département de Vaucluse une jeune candidate qui porte le foulard.

Cette décision, surprenante à plusieurs égards, confirme que le NPA prend de plus en plus de distance avec les valeurs laïques de la République, la religion devant rester du domaine privé et en dehors du champ politique...


 

Il n’y a pas si longtemps siégeaient à l’assemblée nationale des députés-prêtres qui portaient la soutane. Les plus célèbres d’entre eux ont été Henri Grouès (1946-1951), dit aussi abbé Pierre et le chanoine Felix Kir (1946-1967), maire de Dijon. Le dernier en date, l'abbé Hervé Laudrin (qui exerça ses fonctions de 1958 à 1977) fut élu maire, conseiller général, député et député européen.


Plus récemment, on se souvient de Christine Boutin - députée UDF pendant plus de vingt ans et ex-ministre du Logement et de la Ville - brandissant sa Bible à l'Assemblée nationale.


A Lille, Martine Aubry accepte que des femmes soient à l’écart des autres (et au premier chef des hommes) avec des horaires de piscine réservés. Et dans le cadre de la préparation des prochaines élections régionales, elle vient de placer le Secrétaire général du Conseil Régional du Culte Musulman sur les listes du PS de l’Ain. Un représentant d’un culte est ainsi proposé sur la liste menée par Jean-Jack Queyranne pour représenter tous les citoyens…


Toutes ces atteintes aux valeurs de la république ont été ou sont graves, surtout quand elles s’accompagnent, comme aujourd’hui, d’un double langage de la part de la première secrétaire du PS mais elles ne sauraient constituer des excuses pour le NPA.


Certes, «L'Abbé Pierre venait en soutane, et personne ne disait rien», rappelait il y a quelques jours, à juste titre, Olivier Besancenot.


Mais la loi de séparation des Églises et de l'État est un événement fondateur de la société française du XXème siècle. Adoptée à l'initiative du député socialiste Aristide Briand le 9 décembre 1905, elle est avant tout l’achèvement d’un affrontement politique qui a opposé deux visions de la France : la France cléricale et la France républicaine et laïque.


 Et aujourd’hui, on est en droit de s’interroger sur la présence de cette jeune femme portant le foulard  (ou hijab), chargée de délivrer un message politique aux électeurs.

Ilham Moussaid est une militante qui affirme être en phase avec les idées laïques et le féminisme militant du NPA. Quant à Olivier Besancenot, il confirme sans sourciller qu'une femme peut être « féministe, laïque et voilée ». Et encore qu'une femme voilée, « c'est l'image de notre intégration dans les quartiers ».


Or, jusqu’à preuve du contraire, le NPA n’est pas favorable à une société dans laquelle une religion imposerait, directement ou indirectement, des signes distinctifs religieux et significatifs d'une soumission comme le voile !

Faire parler de soi quand on n'est pas très haut dans les sondages ? Essayer de récolter le plus de voix possibles dans les quartiers ? Les communicants du NPA ont-ils été tenté d’en faire un argument de campagne en pensant que le voile était représentatif des quartiers populaires ?


Cette affaire a crée en tout cas un vrai trouble à tel point que les instances du parti ont décidé d'étudier la question du voile lors du prochain congrès (on se souvient aussi du passage d’Olivier Besancenot chez Michel Drucker qui avait déjà provoqué un certain malaise…) Apparemment, en tout cas, le Nouveau Parti Anticapitalisme semble ne s’être jamais posé la question des rapports entre religion et politique !


Milan Kundera, écrivain de langue tchèque et française, figure de proue du mouvement pour la liberté et l'indépendance de la pensée autocritique tchèque, avait l’habitude de définir l’aliénation par la formule suivante : «l’aliénation, c'est être l'allié de ses propres fossoyeurs ». Si l'on rapproche cette définition du foulard ou du voile, l’on s'aperçoit que l'aliénation est autant du côté d'Ilham Moussaid que de ceux qui, au sein du NPA, ne voient pas le problème à ce qu'une femme voilée représente leurs idées.


Mêler religion et politique à l’occasion d’élections est déjà une contradiction en soi mais présenter de surplus une candidate qui arbore un signe ostentatoire d’une interprétation sexiste et dévalorisante de sa religion est une sorte de trahison à l’égard de notre République laïque, des électeurs de gauche, à fortiori des électeurs de la gauche de la gauche…


 

 

Photo : foulard par Wikimédia Commons (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Foulard_Charles.jpg)

Tag(s) : #Institutions - Politique

Partager cet article

Repost 0